Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 09:59

Match_lit2.JPG

 

Je vous avais parlé récemment des matchs littéraires Price Minister.

On s'engageait à faire la critique d'un livre choisi parmi une liste, Price Minister nous envoyait le livre en question, puis on le lisait et on en faisait la critique.

 

Et si on parrainait un autre "lecteur-critique", on recevait un 2ème livre (de notre choix également) dans cette sélection (pour moi, "Une place à prendre de JK Rowling).

 

Match_lit1.JPG

 

Je n'ai eu aucun mal à choisir le livre dont je voulais faire la critique. Dès que j'ai vu le nom de Toni Morrison, j'ai su que ce serait ELLE.

 

Pourquoi Toni Morrison ? Cette femme (que j'ai découverte lors de mes études en fac d'anglais) m'émeut, me bouleverse et m'impressionne. Ses romans m'envoûtent.

 

Elle sait nous décrire la vie des Afro-Américains dans différentes périodes de l'histoire des Etats-Unis, à l'époque de l'esclavage (comme dans Beloved par exemple) ou dans les années 50 et ensuite, comme dans Home.

 

Ses personnages sont, pour la plupart, des êtres marqués dès leur naissance par le malheur puis malmenés par la vie, par le manque d'amour et de considération, par la piètre image qu'on leur a donnée d'eux-mêmes.


Et pourtant, on s'attache à ces personnages ; on ne fait pas que les plaindre, on finit par les aimer et on a du mal à refermer le livre tant qu'on ne l'a pas terminé. Ces personnages nous hantent, on a envie de savoir ce qui va leur arriver, comment ils vont "s'en sortir", si leur situation va s'améliorer. Et même une fois le livre terminé, on continue à penser à eux... ils nous hantent.

 

 HOME : comme dans d'autres récits de Toni Morrison, on suit les destins de plusieurs personnages, avec différents narrateurs. Très rapidement, des indices montrent que tous ces personnages ont des liens.

Dans les "gros romans", ça peut être difficile à suivre car on passe sans transition d'un  personnage à l'autre, mais dans ce petit texte de 150 pages, c'est moins complexe.

 

Ici, certains chapitres sont consacrés à un Afro-Américain pauvre, du nom de Frank Money. Il rentre de la guerre de Corée, psychologiquement détruit. Hanté par la guerre, par la mort, par la culpabilité, il alterne les périodes d'alcolisme et de sobriété.


Il s'est juré de ne jamais retourner dans son village, où il n'a que de mauvais souvenirs, parsemés dans le roman, tels les pièces d'un puzzle qui, mis bout à bout, nous aident à mieux comprendre son histoire, sa personnalité.

 

Et pourtant, dès le début, Frank voyage à travers les Etats-Unis pour retourner dans son village : il a reçu un télégramme disant que sa petite sœur était gravement malade et allait mourir.

 

Dans certaines pages, écrites en italique, c'est même Frank Money lui-même qui "parle", qui réagit à ce que le narrateur raconte sur lui. Il se dévoile, petit à petit.

 

D'autres chapitres sont consacrés à Ycidra, dite Cee. Son enfance auprès de Frank (on apprend assez vite qu'il est son grand frère et qu'il a veillé sur elle toute leur vie). Une fois Frank parti à la guerre, Ycidra a succombé au premier galant venu et s'est vite retrouvée seule. Elle a dû trouver du travail et subvenir à ses besoins. Elle a appris à se débrouiller sans son frère.

 

D'autres chapitres mettent l'accent sur Lilly, qui a, un temps, vécu une histoire d'amour avec l'ancien soldat Frank Money. On voit leur relation à travers les yeux de Lilly, on ressent plus, ou différemment, comment la guerre a détruit cet homme.


Que vous dire de plus sans tout vous dire ?

Frank va retrouver Cee à temps.

Chacun va suivre un long chemin pour apprendre à guérir de ses blessures, physiques, morales ou narcissiques.

Et en fermant le livre, on a envie de dire "Merci, Mme Morrison" et "s'il vous plaît, encore !"

 

A mes yeux et surtout dans mon cœur, ce livre mérite un bon 19/20.


 


 



Partager cet article

Repost 0
Published by Casse-bonbec - dans BiblioRêves
commenter cet article

commentaires

marie 20/11/2012 09:36


tu nous donnerais bien envie de le lire ,j'avoue ,j'aime beaucoup ce style de lectures.


bise

nessa 18/11/2012 13:50


je ne suis pas venue donc j'ai zappé !  tu donnes envie de relire :) justement je vais bientot au salon du livre mais jeunnesse :) bisous bisous un petit concours chez moi (article de
vendredi) jusqu'a mardi mais pour adultes cette fois !  bon dimanche :)

Katell 18/11/2012 10:46


ça c'est de la critique qui vous donne envie de lire le livre


auteur (e? on met un e au féminin?) complètement inconnue pour moi


bon dimanche à toi

Casse-bonbec 18/11/2012 11:02



tant mieux si je t'ai donné envie !



Cerise violette 17/11/2012 19:51


Tu nous donnes vraiment envie de le lire . Je ne peux m'emêcher de penser que nous ne choisissons pas nos parents ni notre lieu de naissance...et qu'à cette loterie il y a de grands perdants .


Un long chemin à lire .Merci !


Bises

Casse-bonbec 17/11/2012 20:39



C'est bien vrai, ce que tu dis, ma douce !



gateuxrigolo 17/11/2012 19:17


he bien bonne lecture bisous

zabelle 17/11/2012 15:07


j'ai reçu els miens mercredi, le premier est lu aussi... crtitique à venir!!!


bon week-end!!!

cathdragon 17/11/2012 14:27


tu me donnes envie de le lire ! bisous cath

Casse-bonbec 17/11/2012 18:37



Chouette !



Bridget 17/11/2012 13:13


Je ne connais absolument pas Toni Morrison, mais toi on sent que tu as aimé ce livre et que tu en redemandes ! Belle critique et pourtant tu ne me donnes pas envie de le lire, car ce n'est pas du
tout le genre de livres que je lis...


J'ai commencé le mien, la critique suivra d'ici 1 ou 2 jours...


Là je file sur Mulhouse, chercher plein de choses avec ma fille et aussi... de la laine !


Bises

Casse-bonbec 17/11/2012 18:39



C'est sûr que si ce n'est pas du tout ton genre... moi à la base, je n'ai pas eu le choix, cette auteure étant au programme de l'Agrégation. J'ai eu du mal avec Beloved au début, c'était très
dur, mais au final ça valait la peine. Pour une découverte de Toni Morrison, ce livre est beaucoup plus facile à aborder (car beaucoup plus court, moins foisonnant en personnages)


 



libelluledunord 17/11/2012 11:37


Merci pour cette lecture et cette critique. ça donne envie de le lire.

Casse-bonbec 17/11/2012 11:46



je vais maintenant finir un recueil de nouvelles que je lisais avant de recevoir mes "matches littéraires" puis j'attaquerai le JK Rowling



bastet 17/11/2012 11:29


on sent que tu as aimé ce livre et que tu aimes cette auteure!!!!!!!!!


c'est marant comme la facon de narrer ( le fait de passé d'un heros a un autre sans transition) m'a moi perturber et pas toi !


merci pour cette critique , tu donnes envie de le lire !


et tu es plus douée que moi pour la critique lol ! 


bonne journée

Casse-bonbec 17/11/2012 11:37



Ca ne m'a pas perturbée parce que je connaissais déjà Toni Morrison et ce type de narration.


 



Luna 17/11/2012 11:09


J'ai survolé ta critique car nous avons fait les mêmes choix et je ne veux ni être influencée ni connaître trop de l'histoire. Car j'ai commencé par l'autre :)

Casse-bonbec 17/11/2012 11:17



alors, chut ! je n'ai rien écrit lol



re Kate 17/11/2012 11:07


j'ao écorché son nom...mille pardons

Kate Coto 17/11/2012 11:05


j'ai adoré Love de Toni Morisson, emprunté par pur hasard à la biblio, je suis au quart d'une place à prendre...mais franchement ça vaut pas Harry... merci Corinne !

Casse-bonbec 17/11/2012 11:18



j'ai découvert Toni Morrison à la fac, en VO, avec Beloved, roman dense, avec plusieurs niveaux de langage.... J'ai eu beaucoup de mal à le lire et je n'ai pas compris dès la 1ère lecture... mais
dès ce roman, j'ai été envoûtée.



Casse-Bon... Qui ???

  • : Creativ-idees, le blog de Casse-bonbec
  • Creativ-idees, le blog de Casse-bonbec
  • : Venez partager ma passion des loisirs créatifs, mes tuto, mes recettes. Mais aussi parler de la nature, des enfants...
  • Contact

  • Casse-bonbec
  • Je m'appelle Corinne. Je suis mariée, j'ai 2 enfants que j'adore et entre mes loisirs créatifs,  ma famille, mon job et ma maison, il me faudrait des journées de 200 heures !
  • Je m'appelle Corinne. Je suis mariée, j'ai 2 enfants que j'adore et entre mes loisirs créatifs, ma famille, mon job et ma maison, il me faudrait des journées de 200 heures !

Je vais y chercher mes gifs :

Chaque Chose À Sa Place.